Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

mardi 9 mars 2010

RESPECTER LA DIGNITE DE LA FEMME

CITE DU VATICAN, 9 MAR 2010 (VIS). Hier à New-Yok, l'Observateur permanent du Saint-Siège est intervenu dans le cadre de la LIV session de la Commission sur le statut de la femme du Conseil économique et social de l'ONU (faisant suite à la IV Conférence mondiale "Femme 2000. Egalité de genre, développement et paix pour le XXI siècle"). Mgr.Celestino Migliore a déclaré que si le débat présentait des éclaircissements, il montrait aussi des zones d'ombre inquiétantes: "Des progrès ont été obtenus de par le monde ces 15 dernières années sur le statut de la femme, dans l'éducation des filles et la promotion des femmes, comme agents fondamentaux d'éradication de la pauvreté et du développement, mais aussi par l'accroissement de leur participation à la vie sociale et politique en vue de supprimer les discriminations et les violences domestiques". Des lois spécifiques soulignent "le rôle indispensable que jouent les femmes dans la vie sociale, protègent leur dignité, leurs droits et devoirs. Malgré ce elles continuent de souffrir dans de nombreuses régions du monde". 

  Puis le représentant du Saint-Siège a dit qu'on ne pouvait sous-estimer la violence contre la femme que constituent l'avortement, l'infanticide ou l'abandon d'enfant, au même titre que la discrimination en matière sanitaire ou alimentaire, alors que les deux tiers des analphabètes sont des femmes à partir de 15 ans. "Il est triste de constater que les trois quarts des malades du SIDA sont des jeunes filles entre 15 et 24 ans, que la moitié des victimes du trafic international d'êtres humains est composée de mineurs, à 70% féminins". Tout cela résulte de dynamiques socio-culturelles arriérées, mais aussi des lenteurs politiques. "L'égalité hommes femmes dans l'éducation et l'emploi a aussi provoqué des manipulations du concept d'égalité des sexes en matière de défense des droits sociaux... Porté au niveau idéologique cette égalité conduit au contraire à une régression de la dignité féminine. D'autre part, les récents documents interprètent le genre au point de dissoudre toute spécificité, toute complémentarité entre femmes et hommes. Si ces théories ne peuvent changer la nature des choses, elles font obstacle à tout vrai progrès dans la reconnaissance de la dignité et des droits de la femme".

  Mgr.Migliore a ensuite rappelé que les documents des conférences internationales ou des comités insistent sur le "lien entre obtention des droits personnels, socio-économiques et politiques, et notion de santé sexuelle et de droits reproductifs. Ceci constitue une violence faite aux êtres en gestation tout en agressant les besoins réels des femmes et des hommes. Une solution respectueuse de la dignité de la femme ne faire fi du droit à la maternité, qu'il faut promouvoir et non compromettre en améliorant les systèmes de santé et, en particulier, les services maternité". En 1995, a-t-il conclu, "la Plateforme de Pékin avait proclamé l'inaliénabilité des droits de la femme, comme indivisibles des droits humains universels. C'est là une base pour comprendre la dignité spécifique des femmes et des filles, mais aussi pour en faire une réalité dans le monde entier".
DELSS/CONFERENCE FEMME/ONU:MIGLIORE                         VIS 20100309 (510) 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Copyright © VIS - Vatican Information Service