Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

mardi 30 septembre 2014

Elaborer des réponses communes au sein des Nations-Unies


Cité du Vatican, 30 septembre 2014 (VIS). Le Cardinal Secrétaire d'Etat est intervenu hier devant la 69 assemblée générale des Nations-Unies, qui débat notamment de la réforme de l'institution qui sera engagée l'an prochain. Il a d'emblée salué l'action de l'ONU en faveur de la paix mondiale et de la dignité humaine, de la protection des droits et des personnes les plus vulnérables, du développement socio-économique de l'humanité. Reprenant les paroles du Saint-Père relatives au danger d'une indifférence générale, politique mais aussi socio-économique, le Cardinal Pietro Parolin a rappelé qu'une partie importante du monde est exclue des bienfaits du progrès, et que beaucoup d'êtres humains sont ainsi relégués au rang de citoyens de seconde catégorie: "Dans certains cas, cette apathie est synonyme d'irresponsabilité". C'est le cas d'une union inter-étatique "créée dans le but de préserver les nouvelles générations de la guerre et de ses horreurs, qui demeure passive devant les souffrances de populations sans défense". Répétant l'appel que le Pape a lancé en août à la communauté internationale à propos de la tragédie humanitaire du nord Irak, le Cardinal a évoqué la situation irakienne et syrienne, qui "présentent un phénomène nouveau puisqu'une organisation terroriste menaçant l'ensemble des états entend dissoudre ces pays au profit d'un pouvoir mondial soi-disant religieux". Dans les zones qu'ils contrôlent, "ces gens prétendent soumettre les consciences, persécutant et tuant au nom de Dieu. Ces violences, qui frappent des groupes ethniques, des populations et des cultures anciennes, découlent d'un mépris de Dieu et d'une fausse interprétation religieuse... Dans un monde de la communication globale ce phénomène trouve des adeptes un peu partout, généralement des jeunes révoltés contre l'indifférence et le défait de valeurs des sociétés les plus développées. Cet enjeu doit engager la communauté internationale à élaborer des réponses communes sur la base de critères juridiques clairs et d'une volonté commune de collaborer". C'est pourquoi le Saint-Siège "considère nécessaire d'être attentifs aux origines culturelles et politiques des phénomènes, dans la perspective de stratégies nouvelles capables" d'aborder efficacement les problèmes du monde. "Il convient également de revoir l'efficacité du droit international actuel et d'envisager un accroissement des mécanismes onusiens pour éviter les conflits, arrêter les agresseurs, protéger les populations impliquées et assister les victimes. Le contexte mondial exige une meilleure compréhension du droit et du devoir de protection". Une des caractéristiques de l'actuel terrorisme est qu'il ne tient pas compte des états, ce qui a un effet global sur l'ordre international. Non seulement il dépasse et rejette les systèmes juridiques en place, mais il entend soumettre les consciences et contrôler les personnes... La nature d'un phénomène qui ne connaît pas de frontières prouve que le droit international est sa seule solution fiable au terrorisme".

"Pour sauver la paix les Nations-Unies doivent être modernisées. La gravité de la situation constitue donc pour ses membres une occasion pour dresser l'esprit de la Charte de l'ONU face aux terribles conflits qui désagrègent pays et états. Malheureusement, la communauté internationale pèche par des positions contradictoires mais aussi par des silences notamment devant les drames de la Syrie, du Moyen Orient ou de l'Ukraine. Il est de la plus grande importance de trouver une unité d'action qui évite le blocage des veto. La promotion d'une culture de la paix exige de redoubler d'efforts en faveur du dialogue de la coopération, du respect des cultures et des diversités. En dernier lieu, il compte d'avoir une solide volonté de mettre en oeuvre complètement les mécanismes actuels tous en les adaptant aux enjeux actuels. Ceci implique un effort multilatéral au service de la dignité de l'homme et du progrès de l'humanité". Abordant ensuite l'approbation du programme de réforme de l'ONU, le Cardinal Parolin a confirmé l'appui du Saint-Siège au dix-sept objectifs de développement soutenable proposés par le groupe de travail en charge du projet de résolution des causes structurelles de la pauvreté: "Malgré les efforts des Nations-Unies...le nombre de pauvres et de personnes exclues ne cesse de s'accroître, dans les pays riches également". D'où, "la responsabilité de les protéger des atteintes aux droits humains, des carences du droit humanitaire, des catastrophes naturelles". Cette protection doit s'étendre à d'autres types d'agressions, "comme celle d'un système financier gouverné par la spéculation et la recherche effrénée du profit, ou d'une culture du déchet qui offense la dignité humaine. Les Nations-Unies et ses membres ont l'urgent devoir de protéger ces populations à l'aune de la justice sociale et économique, qui constitue une des conditions de la paix mondiale".


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Copyright © VIS - Vatican Information Service