Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

mercredi 21 octobre 2015

Fin de l'examen de l'Instrumentum Laboris par les groupes de travail


Cité du Vatican, 21 octobre (VIS). Hier et lundi, les pères synodaux ont discutés au sein des groupes de travail linguistiques la partie de l'Instrumentum Laboris traitant notamment de la situation des familles en situation irrégulière, de l'admission à la communion des divorcés remariés, l'accompagnement des homosexuels et la paternité responsable.

Les Circuli Minores ont analysé les besoins particuliers des familles en situation irrégulière ou délicate, reconnaissant selon le groupe anglophone présidé par Mgr.Mark Benedict Coleridge (Australie) que les personnes qui cohabitent sont dans une situation différente des divorcés remariés civilement. Tout en affirmant que la pratique du vivre ensemble, si répandue dans de nombreuses cultures contemporaines ne peut être considérée comme un bien en soi, on doit reconnaître qu'il peut y avoir le bien parmi ceux qui vivent en couple hors mariage.

Nous savons, a établi le groupe francophone présidé par Mgr.Laurent Ulrich (France), "qu'il existe tant d'autres familles qui s'estiment souvent elles-mêmes éloignées de cet idéal, et d'autres qui ne pensent même pas qu'il soit peu ou prou fait pour elles. Familles divisées, familles recomposées, familles monoparentales, familles sans mariage même civil. Ces familles réelles nous ne pouvons pas les tenir à l'écart, nous ne voulons pas penser que leur chemin ne les rapproche pas du Dieu, qui aime et attire à lui tous les hommes. Nous croyons qu'en elles vit l'Esprit du Seigneur qui inspire bien des comportements de leur vie. Cela ne retire rien aux familles chrétiennes que nous soutenons et encourageons".

"En ce qui concerne les divorcés remariés civilement, il est généralement convenu que nous devons fournir pastorale plus efficace à ces couples. Avec leurs enfants, il ont des droits". Les groupes anglophone et italianophone sont par contre perplexes sur ce que l'Instrumentum Laboris appelle "chemin pénitentiel" pour les divorcés remariés. ''Sur la question de l'accompagnement, nous sommes tous d'accord, mais que faire lorsqu'il s'agit de l'accès aux sacrements?". Le groupe hispanophone B présidé par Mgr.Balthazar Enrique Porras Cardozo (Venezuela) se dit certain de la nécessité d'éliminer de nombreux obstacles opposés aux divorcés remariés, afin qu'ils puissent participer plus largement à la vie de l'Eglise. Actuellement ils ne peut pas être parrains ou catéchistes... Nous devons montrer que nous avons entendu l'appel de tant de personnes qui souffrent d'être exclus de la vie de l'Eglise''.

''Quant à la discipline relative aux divorcés remariés, il est encore impossible d'établir des critères valables pour tous les cas, parfois très différents les uns des autres". Le groupe italianophone présidé par le Cardinal Mauro Piacenza (Saint-Siège) estime aussi qu'il existe "des divorcés remariés s'appliquant à vivre selon l'Evangile. Ils offrent des exemples de la charité... Certes on ne peut nier que, dans certaines circonstances, les facteurs limitant la capacité d'agir sont envisagés de différentes manières. En conséquence, le jugement d'une situation objective ne saurait devenir un jugement subjectif sur la responsabilité. Les limites et les contraintes sont alors un appel au discernement, respectueux de la complexité de ces situations, tout particulièrement pour l'évêque''.

Mais le groupe anglophone A (Mgr.Kurtz) estime que la pratique pastorale relative à la réception du sacrement de l'Eucharistie par les divorcés remariés ne devrait pas être laissée aux conférences épiscopales. Cela nuirait à l'unité de l'Eglise catholique, à la compréhension du sacrement et au témoignage de la vie des fidèles''.

En attendant, le groupe anglophone B dont le Rapporteur est Mgr Diarmuid Martin (Irlande), "compte tenu de la richesse du matériel produit au cours des travaux synodaux", demande au Pape d'envisager ''la mise en place au cours de l'Année jubilaire de la Miséricorde d'une commission spéciale chargé d'étudier à fond les mesures disciplinaires de l'Eglise en matière d'indissolubilité du mariage, afin de les rendre applicables à la situation des personnes en unions irrégulières, y compris aux situations résultant de la pratique de la polygamie.'' Sur la problématique, de nombreuses références ont été faites à l'encyclique de Jean-Paul II Familiaris Consortio.

La condition des homosexuels du point de vue familial a été abordée par le groupe anglais C (Mgr.Coleridge), qui a insisté pour que les pasteurs cherchent à comprendre la réalité de la vie des personnes, sans traiter de questions abstraites. Ses membres ont également demandé que le document final du Synode puisse inclure une déclaration nette quant à l'enseignement de l'Eglise sur le fait que les unions homosexuelles ne sont nullement équivalentes au mariage. Sur le même sujet le groupe A a rappelé que, ''comme épouse du Christ, l'Eglise suit les traces de son Seigneur, dont l'amour universel est offert à tous sans exception. Les parents et les frères et sœurs des membres de la famille ayant des tendances homosexuelles sont appelés à être compris, aimés et acceptés. Certains pères synodaux ont toutefois suggéré que l'argument soit éliminé de la discussion du Synode sur la famille, car son importance mériterait un synode spécifique.

La question de la paternité responsable et la responsabilité générative a fait l'objet d'échanges fructueux. Elle est considéré à l'heure actuelle d'une grande importance pour le respect de la dignité humaine et de la vie. Les groupes ont également abordé les mariages mixtes et la disparité de culte dans le couple, estimant qu'il faudrait rechercher des approches pastorales défendant les femmes et les enfants dans des conditions de fragilité.

Sur la méthodologie du Synode, le groupe de langue française dont le rapporteur est Mgr.Paul-André Durocher (Canada) a déclaré: ''Comme des agronomes qui discutent de diverses méthodes d’approvisionnement en eau, nous avons discuté de la méthode de ce synode. Est-elle bien ajustée à sa finalité? Nous déployons une somme énorme d’énergie, à tous les points de vue. Des gens sont épuisés à force de travailler. Le résultat en vaudra-t-il la chandelle? Peut-être aurions-nous pu identifier quelques questions spécifiques à étudier entre les deux synodes, et nous donner plus de temps pour les étudier? Faudra-t-il confier à des commissions pontificales le travail que nous espérions faire?.... Il n’en reste pas moins que nous avons beaucoup apprécié le temps accru qui nous a été accordé en petits groupes. De nos échanges se dégage très fortement le ministère de communion qui est le nôtre à titre d’évêques".


Le groupe italianophone B a pour sa part conclu que la miséricorde s'est manifesté durant le Synode, en interpellant le ministère pastoral des pères, conscients de ce que le mystère de l'Incarnation exprime pleinement la volonté salvifique de Dieu. "Cette détermination divine a également été confiée à notre mission et à l'administration des sacrements, lesquelles trouvent leur juste herméneutique dans un appel à la conversion, aiguillon pour notre salut''.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Copyright © VIS - Vatican Information Service