Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

mardi 16 février 2016

Lutter contre la précarité et l'isolement des familles


Cité du Vatican, 16 février 2016 (VIS). Après la visite de la cathédrale de San Cristóbal de las Casas, le Saint-Père a regagné par hélicoptère Tuxtla Gutiérrez pour une rencontre avec les familles dans le stade municipal. L'événement s'est ouvert par des témoignages de couples, dont un de divorcés remariés, et un d'une mère seule. Voici le discours adressé par le Pape François aux familles mexicaines:

Tout d'abord, "je veux rendre grâce pour me trouver au Chiapas. Il est bon de se trouver sur ce sol, sur cette terre, en ce lieu qui a un goût de famille, de foyer. Je rends grâce à Dieu pour vos visages et votre présence, je rends grâce à Dieu pour son émouvante présence dans vos familles. Merci également à vous, familles et amis, qui nous avez offert vos témoignages, qui nous avez ouvert les portes de vos maisons et de vos vies. Vous nous avez permis de venir partager le pain qui vous nourrit, et la sueur face aux difficultés quotidiennes. Le pain des joies, de l’espérance, des rêves et la sueur face aux amertumes, face à la désillusion et aux chutes. Merci de nous permettre d’accéder à vos familles, à votre table, à votre foyer". Puis il a répondu aux questions d'un intervenant, convenant qu'il est nécessaire de mettre en tout de l’enthousiasme, en famille, dans les rapports sociaux. C’est, je crois, ce que l’Esprit veut toujours faire au milieu de nous. Il veut nous donner de l’enthousiasme, nous faire don de raisons de continuer à risquer, à rêver, et à construire une vie qui ait un goût de foyer, de famille. C’est ce que le Père a toujours rêvé et ce pour quoi depuis longtemps il a lutté. Lorsque tout semblait perdu, cet après-midi-là, au jardin d’Eden, Dieu a suscité l’enthousiasme chez ce jeune couple et lui a dit que tout n’était pas perdu. Lorsque le peuple d’Israël sentait qu’il n’en pouvait plus sur le chemin à travers le désert, Dieu lui a donné de l’enthousiasme par la manne. Lorsqu’est arrivée la plénitude des temps, Dieu a donné pour toujours de l’enthousiasme à l’humanité en nous envoyant son Fils. De la même manière, nous tous ici présents, nous avons fait cette expérience, à bien des moments et sous diverse formes, Dieu le Père a donné de l’enthousiasme à notre vie".

Pourquoi? "Parce qu’il ne sait pas faire autrement. Il sait nous donner de l’enthousiasme parce que son nom est amour, son nom est don, son nom est don de soi, son nom est miséricorde. Il nous l’a manifesté avec force et clarté en Jésus, son Fils qui a tout donné jusqu’à l’extrême pour rendre possible le Royaume de Dieu. C'est un royaume qui nous invite à entrer dans cette nouvelle logique, qui suscite une dynamique capable d’ouvrir les cieux, capable d’ouvrir nos cœurs, nos esprits, nos mains et de nous stimuler par de nouveaux horizons. Un royaume qui sait ce qu’est la famille, qui sait ce qu’est la vie partagée. En Jésus et avec Jésus, ce royaume est possible. Il est capable de transformer nos regards, nos attitudes, nos sentiments souvent fades en vin de fête. Il est capable de guérir nos cœurs et de nous inviter sans cesse, soixante-dix fois sept fois à recommencer. Il est capable de toujours renouveler toute chose". Oui, a poursuivi le Pape, il faut prier pour les "nombreux adolescents découragés et en situations difficiles, les nombreux adolescents démoralisés, sans force ni enthousiasme". Et à propos d'un autre témoignage parlant de la difficulté du combat à cause de la précarité et de la solitude, il a ajouté: "La précarité, la pénurie, le manque fréquent du minimum peuvent nous désespérer, peuvent nous faire sentir une forte angoisse, puisque nous ne savons comment faire pour aller de l’avant et d’autant plus que nous avons des enfants à notre charge. La précarité non seulement menace l’estomac, mais elle peut aussi menacer l’âme, elle peut démotiver, ôter la force et tenter avec des parcours ou des alternatives de solution apparente mais qui, en définitive, ne résolvent rien. Il existe une précarité qui peut être très dangereuse, qui peut se coller à nous sans que nous ne nous en rendions compte, c’est la précarité qui naît de la solitude et de l’isolement. Et l’isolement est toujours mauvais conseiller... La manière de combattre cette précarité et cet isolement, qui nous rendent vulnérables à tant de solutions apparentes, doit se situer à différents niveaux. D’une part, les législations, qui protègent et garantissent le minimum nécessaire pour que chaque famille et pour que chaque personne puisse se développer par la formation et un travail digne, représentent un niveau".

Ainsi est-il juste de "chercher les diverses façons de communiquer l’amour de Dieu... Des lois et un engagement personnel sont un bon binôme pour rompre la spirale de la précarité. On voit souvent de nos jours...comment la famille est affaiblie, remise en question. Comment on croit que c’est un modèle déjà dépassé et n’ayant plus de place dans nos sociétés qui, avec la prétention de la modernité, offrent toujours davantage un modèle fondé sur l’isolement. Certes, vivre en famille n’est pas toujours facile, bien des fois c’est douloureux et fatiguant mais ce que j’ai dit plus d’une fois de l’Eglise peut être appliqué à la famille: Préférons une famille blessée qui essaie tous les jours de vivre l’amour, à une société malade de l’enfermement et de la facilité de la peur d’aimer. Je préfère une famille qui s'applique à recommencer, à une société narcissique et obnubilée par le luxe et le confort. Je préfère une famille au visage épuisé par le don de soi, aux visages maquillés qui n’ont pas su ce qu’est la tendresse et la compassion. Vous m’avez demandé de prier pour vous et je voudrais commencer à le faire maintenant, avec vous. Chers mexicains, vous avez un atout, un avantage. Vous avez une mère, la Guadalupana, qui a voulu visiter cette terre. Cela nous donne la certitude de bénéficier de son intercession pour que le rêve qu'est la famille ne se perde pas à cause de la précarité et de la solitude. Marie est toujours prête à défendre nos familles, notre avenir, elle est toujours prête à mettre de l’enthousiasme, en nous donnant à son Fils. Voilà pourquoi je vous invite à nous tenir par les mains et à réciter ensemble le Je vous salue Marie".


En début de soirée, l'avion papal est reparti pour Mexico, d'où le Saint-Père est parti pour Morelia. Là il célébrera une messe avec le clergé et les séminaristes, les religieux et les consacrés, puis rencontrera le monde universitaire, des représentants d'autres confessions chrétiennes, et enfin la jeunesse locale avant de rentrer dans la capitale. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Copyright © VIS - Vatican Information Service