Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

mardi 1 février 2005

REFORME DES NATIONS-UNIES


CITE DU VATICAN, 1 FEV 2005 (VIS). Hier à New York, Mgr.Celestino Migliore, Observateur permanent près les Nations-Unies, a pris part à une réunion informelle de l'Assemblée générale consacrée au rapport des experts sur les perspectives et la réforme de l'organisation internationale.

"Les suggestions -a-t-il dit- impliquent nettement la nécessité de perfectionner et adapter les structures et les méthodes de fonctionnement" de l'ONU. "Ma Délégation entend renouveler les attentes du Saint-Siège quant à la fonction fondamentale du droit international dans la coexistence pacifique et le bien-être des peuples, et à celle des Nations-Unies comme garantes et moteur":

Ensuite, Mgr.Migliore a évoqué la réforme structurelle de l'ONU touchant le Conseil de Sécurité et l'Assemblée générale, l'accroissement "du rôle du Secrétariat général comme premier interlocuteur, et une nouvelle conception du Conseil Economique et Social qui unisse mieux développement et sécurité. Ma Délégation -a-t-il ajouté- estime ce thème extrêmement intéressant car il touche au rapport entre guerre et pauvreté, qui est aussi une des causes du terrorisme, à la promotion du droit social et à la lutte contre la pauvreté comme prévention".

Le représentant du Saint-Siège a souligné que ce dernier "accueille favorablement les efforts faits pour définir les critères d'appartenance au Conseil de Sécurité et actualiser le système électoral de l'organisation".

Pour conclure, Mgr.Migliore a évoqué l'article 51 de la Charte relative à la défense appropriée: Le Saint-Siège entend "réaffirmer que la légitime défense doit mettre l'accent sur les personnes et leur sécurité. Tout état a le droit de se défendre mais lorsqu'il ne peut ou ne veut le faire il revient à la Communauté internationale d'assumer ce devoir. Souvent ces dernières années, le Saint-Siège a redit cette conviction à propos du concept d'ingérence humanitaire, conçue comme un volet de la légitime défense et présenté comme un devoir de la Communauté internationale pour garantir la survie des personnes et des groupes face à l'action ou à l'inaction d'un état ou d'un certain nombre d'états".
DELSS/REFORME:LEGITIME DEFENSE/ONU:MIGLIORE VIS 20050201 (330)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Copyright © VIS - Vatican Information Service