Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

lundi 3 octobre 2005

PREMIERE CONGREGATION GENERALE

CITE DU VATICAN, 3 OCT 2005 (VIS). La première Congrégation générale de la XI assemblée générale ordinaire du Synode des Evêques, présidée par le Pape, a eu lieu ce matin dans la Salle du Synode.

Voici des extraits du discours d'accueil de Benoît XVI:

"Une des fonctions de la collégialité est d'aider à reconnaître nos propres lacunes que nous ne voulons pas voir: il n'est jamais facile de voir nos propres défauts alors que les autres les voient mieux que nous".

C'est dans ce sens qu'il poursuit: "la correction fraternelle nous aide...à être plus ouverts...afin que chacun puisse trouver sa vérité, son intégrité comme instrument de Dieu. Tout cela exige humilité pour ne pas nous considérer supérieur à l'autre mais pour s'aider réciproquement".

Ainsi "nous pouvons nous aider par un grand geste d'amour, geste d'authentique affection collégiale. Quand une personne est désespérée, elle ne sait plus comment aller de l'avant, elle a besoin d'une personne qui la console, l'entoure, lui redonne courage, prenne le rôle de l'esprit saint consolateur".

"C'est une invitation a faire nous-même l'oeuvre de l'Esprit Saint paraclet... Comment pouvons-nous le faire -s'est demandé le Pape- si nous ne partageons pas la même foi qu'aucun de nous a inventée mais qui est la foi de l'Eglise?".

"La foi est le fondement commun sur lequel nous sommes et nous travaillons"et dans les mots de saint Paul, "nous sommes invités a toujours rester sur ce fondement qui nous précède, à avoir cette foi commune. Chacun doit vivre la foi dans son originalité -a t'il expliqué- mais toujours conscient que cette foi nous précède".

Le Saint-Père a conclu en demandant aux participants au synode d'être "instruments du Christ" et "d'entrer dans les pensées et les sentiments du Seigneur".

Le Président de séance, le Cardinal Francis Arinze, a alors prononcé un bref discours au début de la session. "Nous venons -a t'il dit- pour réfléchir sur un des thèmes qui touche le coeur de la vie de l'Eglise. L'Eucharistie, comme le dit le Concile Vatican II 'contient tout le bien spirituel de l'Eglise, c'est à dire le Christ même, notre Pâques'. L'Eucharistie 'est au centre de la vie ecclésiale'".

Ensuite, Mgr. Nikola Eterovic, Secrétaire général du Synode, a communiqué les activités du conseil de la secrétairerie générale depuis la dernière assemblée et a dit que si Jean-Paul II a lancé la préparation de la XI Assemblée Générale Ordinaire, son successeur, Benoît XVI la conclura.

Le Cardinal Angelo Scola, Patriarche de Venise (Italie), Rapporteur général du Synode, est intervenu à son tout:

"Après m'être référé à l'admiration eucharistique, l'Introduction (Eucharistie: la liberté de Dieu vient à l'encontre de la liberté de l'homme) met en évidence le lien de l'Eucharistie avec l'évangélisation et la ratio sacramentalis propres de la Révélation. Dans le Premier Chapitre (Le novum du culte chrétien), j'essaierai de mettre en évidence la nouveauté du culte chrétien. Le Deuxième Chapitre (L'action eucharistique) concernera l'action eucharistique dans ses éléments distinctifs et le lien nécessaire entre ars celebrandi et actuosa participatio. Le Troisième Chapitre (Dimension anthropologique, cosmologique et sociale de l'Eucharistie) a pour but de montrer comment l'Eucharistie possède intrinsèquement une dimension anthropologique, une dimension cosmologique et une dimension sociale. La Conclusion (L'existence eucharistique dans la situation contemporaine) offrira un résumé synthétique au sujet traité et s'achèvera par un bref souhait concernant nos travaux".

"L'extinction de l'admiration eucharistique dépend, en dernière analyse, de la finitude et du péché du sujet. Pourtant, ce dernier trouve souvent un terrain de culture dû au fait que la communauté chrétienne qui célèbre l'Eucharistie est distante de la réalité. Elle la vit de façon abstraite. Elle ne parle plus à l'homme concret, à ses affections, à son travail, à son repos, à ses exigences d'unité, de vérité, de bonté, de beauté".

"L'Assemblée Synodale devra examiner attentivement cet état de fait et suggérer de possibles remèdes".

"Par sa nature de source de la logikê latreía, l'action eucharistique rituelle vient même à être objectivement également la plus essentielle et décisive de toutes les actions humaines. Dans le rite eucharistique fait en effet irruption, à un instant précis du temps, la signification accomplie de l'histoire, et, donc, sa vérité".

"La considération du rite dans toute sa plénitude permet d'éviter toute fragmentation et toute juxtaposition entre l'action eucharistique et les exigences de la nouvelle évangélisation... Elle permet également à la communauté chrétienne de poursuivre simultanément une fidélité soignée aux rubriques liturgiques et une souplesse attentive aux instances d'inculturation".

La célébration eucharistique fait l'Eglise:

"Elle représente l'acte de culte appelé à exprimer de façon éminente l'unique événement pascal".

"Ce sacrement est donné pour la communion des hommes dans le Christ... En dehors de cette communion eucharistique et sacramentelle, l'Église n'est pas pleinement constituée: l'Eucharistie fait l'Église".

"L'Evêque ne préside pas l'Eucharistie, en vertu d'une raison simplement juridique, en tant que chef de l'Église locale, mais par fidélité au commandement même du Seigneur qui a confié le mémorial de sa Pâque à Saint Pierre et aux apôtres... La communion avec l'Évêque est la condition de la légitimité de la célébration eucharistique à l'égard du peuple de Dieu".

"Une deuxième confirmation: la nature du temple chrétien. Une deuxième confirmation de la manière concrète dont la célébration eucharistique fait l'Église est représentée par la radicale diversité entre le temple chrétien et le temple païen, voire même le temple judaïque. Alors que le temple païen et le temple judaïque étaient caractérisés par la présence de la divinité et considérés, en raison d'une telle présence, sacrés et sacralisant, le "lieu" du culte chrétien consiste, en un certain sens, dans la même action de la célébration du mystère".

Une troisième confirmation, l'Intercommunion?:

"D'abord, il faut souligner la substantielle communion de foi entre l'Eglise catholique et les Églises orthodoxes en matière d'Eucharistie et de sacerdoce. Une communion qui, à travers un approfondissement réciproque plus important de la Célébration Eucharistique et de la Divine Liturgie, est destinée à s'accroître. Il faut, en outre, saluer positivement le nouveau climat concernant l'Eucharistie dans les communautés ecclésiales nées de la Réforme. À des degrés différents et à quelques exceptions près, même ces communautés soulignent toujours plus l'importance décisive de l'Eucharistie comme élément clef dans le dialogue et dans la pratique œcuménique".

"L'intercommunion" des fidèles appartenant aux différentes Églises et communautés ecclésiales peut-elle constituer un instrument adéquat dans le but de favoriser le chemin vers l'unité des chrétiens? La réponse dépend d'une considération attentive de la nature de l'action eucharistique dans toute sa plénitude de mysterium fidei".

"Indissociable unité de la liturgie de la parole et de la liturgie eucharistique. Dans l'évolution historique qui va de la Dernière Cène de Jésus-Christ à l'Eucharistie dont vit encore aujourd'hui l'Église, le noyau constitutif et permanent de l'action rituelle est donné par l'étroite unité entre la liturgie de la parole et la liturgie eucharistique".

"Le caractère de don propre de l'action eucharistique, qui implique que la liberté du Deus Trinitas, se communique, en Jésus-Christ, à la liberté des hommes, veut que sa gratuité ne soit jamais méconnue. Même si elle suscite une grande souffrance, son absence ne confère pas au fidèle ni au peuple de Dieu un quelconque droit à l'Eucharistie".

"Pour cette même raison, le don de l'Eucharistie ne peut jamais être "possédé" par l'homme de manière idolâtrique, il ne supporte pas une attitude quasi gnostique de prétendue domination".

Assemblées du dimanche dans l'attente d'un prêtre:

"La question de la pénurie de prêtres doit être abordée avec courage dans l'horizon de l'Eucharistie comme don. Cet état des choses a donné lieu à une augmentation considérable des Assemblées du dimanche dans l'attente d'un prêtre... L'Eglise particulière n'est jamais privée de l'Eucharistie. C'est pour cette raison qu'il est d'usage dans la pastorale d'encourager la plus large participation à l'Eucharistie dans une des communautés du diocèse, même lorsque cela demande une part de sacrifice".

"Là où une certaine mobilité n'est pas facile, on jugera l'opportunité de ces assemblées justement à leur capacité d'accentuer au sein du peuple le désir ardent de l'Eucharistie".

Viri probati?:

"Pour faire face à la pénurie de prêtres, certains, guidés par le principe salus animarum suprema lex, avancent la requête que soient ordonnés des fidèles mariés, de foi et de vertu sûres, les viri probati. La demande est souvent accompagnée par la reconnaissance positive de la bonté de la discipline séculaire du célibat sacerdotal. Toutefois ils affirment que cette loi ne devrait pas empêcher de doter l'Eglise d'un nombre adéquat de ministres ordonnés, au cas où la pénurie de candidats au sacerdoce célibataire atteindrait des proportions extrêmement graves".


"Il n'est pas nécessaire d'insister ici sur les raisons théologiques profondes qui ont amené l'Eglise latine à unir l'attribution du sacerdoce ministériel au charisme du célibat. Mais une question s'impose: ce choix et cette pratique sont-ils viables sur le plan pastoral même dans des cas extrêmes comme ceux que l'on vient de mentionner?".

"Il serait raisonnable de répondre positivement. Etant strictement lié à l'Eucharistie, le sacerdoce ordonné participe de sa nature de don et ne peut être l'objet d'un droit. S'il est un don, le sacerdoce ordonné doit être sans cesse demandé. Il est alors très difficile d'établir le nombre idéal de prêtres au sein de l'Eglise, puisqu'il ne s'agit pas d'une Aentreprise@ qui aurait besoin d'un certain nombre de "cadres"!... Les propositions qui seront présentées à cette Assemblée synodale en vue d'identifier les critères pour une distribution plus adéquate du clergé dans le monde seront d'une grande utilité".

Attitude de confession et de pénitence:

"La différence radicale entre Celui qui se donne et celui qui reçoit le don, différence bien documentée par la disproportion entre l'incommensurable richesse de l'événement pascal et l'extrême pauvreté des espèces du pain et du vin, conduit le fidèle à la conscience du mysterium tremendum de l'Eucharistie. On ne peut pas aborder l'Eucharistie sans percevoir toute sa propre indignité ni sans s'y préparer en invoquant le pardon des péchés... Une catéchèse eucharistique adéquate ne peut jamais être séparée de la proposition d'un chemin pénitentiel. La vénérable pratique du jeûne eucharistique , qui plonge également ses racines dans l'attitude de confession, représenterait un thème de réflexion utile dans le cadre de cette Assemblée".

"Les divorcés remariés et la communion eucharistique. Personne n'ignore la tendance diffuse chez les divorcés remariés à la communion eucharistique, malgré l'enseignement de l'Église en la matière... Il faut que toute la communauté chrétienne soutienne les divorcés remariés dans la conscience de ne pas être exclus de la communion ecclésiale. Leur participation à la célébration eucharistique permet, en tout cas, cette communion spirituelle qui, si elle est bien vécue, fait écho au sacrifice même de Jésus-Christ".

"La participation consciente, active et fructueuse du peuple de Dieu - surtout à l'occasion du précepte dominical - coïncide en effet avec l'adéquate célébration des saints mystères... Il s'agit d'obéir au rite eucharistique dans son extraordinaire plénitude, en y reconnaissant la force canonique et constitutive, étant donné que, depuis deux mille ans, et ce n'est pas un hasard, elle assure l'existence de la Sainte Église de Dieu".

Dimension anthropologique, cosmologique et sociale de l'Eucharistie:

"La considération du rite eucharistique comme action sacramentelle seule en mesure de rendre compte de l'Eucharistie comme source et sommet de la vie et de la mission de l'Eglise".

"La célébration eucharistique présente à nouveau l'événement pascal qui pose, par lui-même, les conditions nécessaires à une communication avec toutes les cultures humaines... Afin d'exprimer la dimension interculturelle de l'Eucharistie, il est précieux d'employer le latin, surtout à l'occasion de grandes célébrations internationales ou à l'intérieur des églises où l'affluence de visiteurs étrangers est importante".


Dimension anthropologique de l'Eucharistie:

"Si l'Eucharistie est le don de la rencontre sacramentelle entre l'homme et le Dieu de Jésus-Christ qui rend "vraiment libre", alors un tel événement possède de par sa nature, une dimension anthropologique fondamentale.
La dimension communautaire de l'action eucharistique permet, en outre, aux chrétiens de ne pas oublier que la création-cosmos est un bien commun et universel et que l'engagement à son égard s'étend non seulement aux besoins présents, mais également à ceux de l'avenir".

"Se réunir chaque dimanche, dans un lieu quelconque de la terre, pour prendre part au même Corps et au même Sang du Christ, impose le devoir d'une lutte tenace contre toutes les formes de marginalisation et d'injustice économique, sociale et politique que subissent nos frères et sœurs, et surtout les enfants et les femmes".

L'existence eucharistique dans la situation contemporaine:

"Les merveilles de la grâce divine sont renfermées dans les espèces sacrées du pain et du vin converties en Corps et en Sang du Christ. En elles, le Fils de Dieu, fait homme et ressuscité, reste volontairement livré à l'attente du libre engagement de l'homme. L'Église célèbre ces mystères, s'alimente à cette nourriture céleste et l'adore, reconnaissant en Jésus-sacrement le Chemin à la Vérité et à la Vie".

"Un souhait final. Cette forme eucharistique de la personnalité et de la communauté chrétienne n'est pas une utopie. Elle vit déjà pleinement en Marie, femme eucharistique".
SE/RAPPORT INITIAL/SCOLA VIS 20051003 (2150)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Copyright © VIS - Vatican Information Service