Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

samedi 22 février 2014

CREATION DES NOUVEAUX CARDINAUX

Cité du Vatican, 22 février 2014 (VIS). Ce matin en la Basilique vaticane, le Saint-Père a imposé la barrette et attribué leur titre cardinalice au nouveaux Cardinaux. Sur les 19 désignés ne manquait que Mgr.Capovilla, retenu pour raison de santé et d'âge. Il recevra le cardinalat dans quelques jours à son domicile de la province de Bergame. Présent auprès des Cardinaux, Benoît XVI a été applaudi par l'assemblée puis salué par son successeur. Au début de la cérémonie, le nouveau Cardinal Secrétaire d'Etat, Mgr.Parolin s'est adressé au Pape au nom de ses confrères. Avant de remettre la barrette, l'anneau et le titre à chacun des élus, le Pape François a prononcé l'allocution suivante, centrée sur un passage de Marc:

"Jésus marchait devant eux. Jésus marche devant nous aussi, en ce moment. Il est toujours devant nous. Il nous précède et nous ouvre la voie. Et c’est notre confiance et notre joie d'être ses disciples, demeurer avec lui, marcher derrière lui, le suivre. Quand nous les Cardinaux avons célébré ensemble la première messe dans la Chapelle Sixtine, marcher a été la première parole que le Seigneur nous a proposée. Marcher, et ensuite construire et confesser. Aujourd’hui cette parole revient, mais comme un acte, comme l’action de Jésus qui continue: Jésus marchait. C'est frappant dans les Evangiles: Jésus marche beaucoup, il instruit les siens au long du chemin. De fait il n’est pas venu pour enseigner une philosophie ou une idéologie, mais une voie, un chemin à parcourir avec lui, qui s’apprend en la parcourant, en marchant. Oui, voilà notre joie, marcher avec Jésus. Ce n’est ni facile ni confortable, parce que la route que Jésus choisit est celle de la Croix. Alors qu’ils sont en chemin, il parle à ses disciples de ce qui va arriver à Jérusalem. Illeur annonce sa passion, sa mort et sa résurrection. Ils sont stupéfaits et remplis de crainte. Stupéfaits, bien sûr, parce que, pour eux, monter à Jérusalem voulait dire participer au triomphe du Messie, à sa victoire. Cela se note ensuite dans la demande de Jacques et de Jean. Ils sont remplis de crainte face à ce que Jésus va devoir subir, et aussi pour ce que eux risquaient de subir. A la différence des disciples d’alors, nous savons que Jésus a vaincu, et nous ne devrions pas avoir peur de la Croix. Bien plus, dans la Croix nous trouvons notre espérance. Cependant, nous sommes nous aussi humains, pécheurs, et nous sommes exposés à la tentation de penser à la manière des hommes et non de Dieu. Et quand on pense à la manière du monde, quel est la conséquence? L'Evangile rapporte que es dix autres s’indignèrent alors contre Jacques et Jean. Si la mentalité du monde prend le dessus, surgissent les rivalités, les jalousies, les factions. Alors, cette parole que le Seigneur nous adresse aujourd’hui est très salutaire, car elle nous purifie intérieurement, fait la lumière dans nos consciences, nous aide à nous mettre pleinement en accord avec Jésus, et à le faire ensemble, au moment où le Collège des Cardinaux s’agrandit.

Jésus les appela près de lui. Voici l’autre geste du Seigneur. Le long du chemin, il se rend compte qu’il y a besoin de parler aux douze, il s’arrête et les appelle à lui. Frères, laissons le Seigneur Jésus nous appeler à lui! Laissons-nous convoquer par lui. Et écoutons-le, dans la joie d’accueillir ensemble sa parole, de nous laisser instruire par elle et par l'Esprit, pour devenir toujours plus un seul cœur et une seule âme, autour de lui. Et alors que nous sommes ainsi convoqués, appelés près de lui par notre unique Maître, moi aussi je vous dis ce dont l’Eglise a besoin. Elle a besoin de vous, de votre collaboration, et plus encore de votre communion, communion avec moi et entre vous. L’Eglise a besoin de votre courage, pour annoncer l’Evangile en toute occasion, opportune ou inopportune, et pour rendre témoignage à la vérité. L’Eglise a besoin de votre prière pour le bon cheminement du troupeau du Christ, la prière qui, avec l’annonce de la Parole, est la première tâche de l’évêque. Ne l'oublions jamais, l’Eglise a besoin de votre compassion surtout en ce moment de douleur et de souffrance dans de nombreux pays du monde. Nous devons exprimer notre proximité spirituelle à toutes les communautés ecclésiales et à tous les chrétiens qui souffrent de discriminations et de persécutions. Il faut combattre tout type de discrimination. L’Eglise a besoin de notre prière en leur faveur, afin qu’ils soient forts dans la foi et qu’ils sachent réagir au mal par le bien. Et notre prière s’étend à tout homme et à toute femme qui subit l’injustice à cause de ses convictions religieuses. L’Eglise a besoin de nous aussi pour que nous soyons des hommes de paix et fassions la paix par nos œuvres, nos désirs, nos prières : pour cela invoquons la paix et la réconciliation pour les peuples qui en ces temps sont éprouvés par la violence et par la guerre. Merci, frères très chers. Marchons ensemble à la suite Seigneur, et laissons-nous toujours plus convoquer par lui, au milieu du saint peuple de Dieu, de la sainte Mère Eglise".


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Copyright © VIS - Vatican Information Service